Lundi 11 février: zoo

Le jet lag semble enfin s’apaiser. Première vraie nuit depuis jeudi, pas de réveil/insomnie à 3h. Dur, dur de se lever à 8h30 tout de même.

Ce matin, nous allons au zoo. Avoir des enfants naturalistes demandent de les nourrir de beaucoup de Nature et aussi d’animaux. Nous partons seuls pour la première fois dans cette grande ville en taxi. Avec Romain nous sommes surpris et enchantés de voir d’immenses arbres partout au bord des routes. D’ailleurs heureusement qu’ils les ont pour atténuer la chaleur!!

Petit Futé: Le zoo de Singapour est un paradis pour les enfants et pour les adultes ayant conservé leur capacité d’émerveillement. Quelques chiffres : 160 espèces et 1 700 animaux vivent sur un terrain de 30 ha. Il a la réputation d’avoir la plus belle forêt tropicale de tous les zoos du monde. C’est aussi l’occasion d’approcher les orangs-outans de près, si vous n’avez pas eu la chance d’aller à Bornéo ou à Sumatra et d’admirer un rhinocéros blanc…

Le zoo de Singapour comprend 4 parties distinctes. Aujourd’hui nous avons fait la partie: le river Safari. Animaux aquatiques avec d’incroyables lamatins, de très nombreux poissons multicolores, des petits crocodiles, des tortues mais aussi des singes. Et le panda. Belle matinée au frais. beaucoup de messages de prévention et d’incitation à la préservation de la planète.

La jungle derrière nous.
Les poissons à la tête à l’envers!

Nous retournerons (mercredi?) pour voir le zoo ce coup-ci, puis le parc aux oiseaux et vendredi soir avec Michou et Tammy le parc de nuit où les animaux sont plus actifs.

Quand les enfants étaient petits ça me paraissait étrange d’aller au zoo, j’avais l’impression de cautionner une souffrance faite aux animaux. Au final ces lieux vont devenir des refuges pour ces animaux qui perdent leur habitat au profit des constructions humaines. C’est aussi un puissant lieu de sensibilisation à la cause animale, écologique. Nos enfants observent beaucoup et souvent notre Nature locale et apprennent à la respecter.

Singapour a beaucoup construit et avancé sur la mer. Le dernier tigre blanc y a été tué en 1958. Cela fait pensé au film « Pompoko » qui montre les animaux perdre la Nature et leur habitat et leur alimentation au profit de l’urbanisation.

Les enfants ont découvert Chomp Chomp, de multiples minis restaurants où chacun cuisine une spécialité: poulet frit, saté, riz cantonnais, légumes, omelettes aux huîtres, raie, fruits de mer, sirop de cannes à sucre (miam!!), fruits pressés, glace aux fruits. Vous vous asseyez à une table, vous commandez dans différents mini-resto et ils vous livrent, c’est drôle ils ont une organisation incroyable, une mémoire hors norme et sans vous avoir vu ils savent où vous êtes assis. Odeurs, saveurs se mélangent..petit paradis gustatif!

Sieste pour les uns, piscine pour les autres!!!

Une bien belle journée!

4 réponses sur “Lundi 11 février: zoo”

  1. Un régal de vous voir tous profiter de la nature en ville ! le zoo c’est toujours un bon plan, maintenant qu’on a créé de très beaux espaces pour les animaux, même si ce n’est pas leur milieu naturel, c’est peut-être en effet un moyen de préserver les espèces qui disparaîtraient autrement … Profitez bien de ces belles découvertes, animales, culinaires …
    Nanny

  2. et voilà..encore une destination de plus où j’ai envie d’aller main tenant . Je ne sais pas si c’est le fait de vous voir en short et tee shirt avec vos beaux sourires…si c’est le panda..ou les structures végétales immenses ..ou encore les brochettes de poulet fris…mais ça donne grave envie de sauter dans un avion et vous rejoindre !!!

    profitez bien !

  3. Sérieusement nos shorts et nos tee-shirts! lol
    Bienvenue chez Décathlon!! 4 mois et demi habillée comme ça ça va être dur pour moi 😉
    Belle destination naturaliste (à savoir: assez cher)

  4. Personnellement, je préfère les réserves naturelles aux zoos ^_^ . On sent moins le côté business dans les réserves que dans les zoos où les animaux ont moins d’espace. Il est certain qu’il est très possiblement plus facile de réguler des espèces en voie de disparition quand celles-ci sont parquées dans des espaces plus petits et concentrés et qu’on nourrit soi-même. Mais ça me rend triste de me dire que ces animaux n’ont pas la chance de vivre « normalement », qu’ils sont conditionnés à dépendre des Humains pour survivre. Et je me demande ce que je préfèrerais pour moi-même si mon environnement me devenait hostile. Est-ce que j’essaierais de survivre vaillamment et librement (mais durement), ou je choisirais une vie confinée sous le regard curieux d’une autre espèce qui s’occuperait de moi ?

    Au fond, ce serait tellement mieux si on laissait des sanctuaires aux animaux et à la flore sauvage… Ça existe, mais ça ne rapporte pas d’argent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.